Pamplona

Bienvenue à Pampelune, ville simple et accueillante où l’ancien et le moderne se marient harmonieusement. Avec ses 190 000 habitants, Pampelune offre une excellente qualité de vie, sans embouteillages ni pollution, ainsi que des services de haut niveau.

En parcourant le centre historique, vous découvrirez « les trois Pampelune » : les bourgs de San Cernin ou San Saturnino, celui de San Nicolás et celui de Navarrería, et pénétrerez ainsi de plein pied dans l’ancienne Pampelune. Commençons notre promenade par le Paseo Sarasate, qui unit la partie la plus ancienne au reste de la ville. On remarque le Monument aux Fueros (privilèges ou normes juridiques) de Navarre et l’église de San Nicolás, conçue comme église-forteresse à des fins défensives.

Continuons notre promenade vers la Plaza del Castillo (place du Château), noyau autour duquel s’est développée la ville. De cette place part d’un côté l’avenue Carlos III, où se trouvent le Théâtre Gayarre et le Palais de la « Diputacion Foral de Navarra » (le conseil provincial). Du côté opposé de la place, prenons la rue Chapitela. En tournant à droite, nous arrivons à la rue Estafeta (connue parce qu’y passent les taureaux lors des fameux « encierros » ou lâchers de taureaux des fêtes de San Fermín, du 6 au 14 juillet) et à la rue Curia. En suivant cette dernière, nous arrivons à la Cathédrale de Santa María. L’actuelle cathédrale de Pampelune, de style gothique, se dresse sur les ruines d’une cathédrale romane détruite en 1391. Sa construction s’étala sur plusieurs siècles. Commencée en 1394, elle continua tout au long du XVème siècle, jusqu’en 1501. La façade date du XVIIIème siècle. C’est à cette époque, entre 1783 et 1803, que fut démolie la façade romane, qui avait survécu jusqu’alors pour être remplacée par une façade néoclassique, et que fut agrandie la cathédrale.

En continuant par la petite place de San José, nous arrivons au rempart du Redín, où un mirador permet d’observer la partie de la ville située de l’autre côté du fleuve.

En retournant dans la rue Chapitela et en tournant à gauche, prenons la rue Mercaderes, qui nous conduit à l’Hôtel de Ville (Ayutamiento) d’où partent le 6 juillet les tirs de fusée (le traditionnel « chupinazo ») marquant le début des fêtes de San Fermín. En prenant les escaliers à droite, on peut visiter le Musée Sarasate, le marché de Santo Domingo et, en suivant la pente du même nom, le Musée de Navarre.

En retraçant nos pas, nous découvrons une autre église emblématique du quartier, celle de San Saturnino ou San Cernin, église gothique qui comme celle de San Nicolás avait avant tout une fonction militaire et défensive.

Le troisième église à signaler est celle de San Lorenzo, située en face du parc de la Taconera et qui abrite des reliques de saint Firmin (San Fermín) dans l’une de ses chapelles.

Actuellement, Pampelune accueille des résidents venus de toute la Communauté de Navarre, ce qui fait d’elle un point de rencontre et de synthèse entre les côtes et la montagne.

Avec ses 4 millions de mètres carrés de parcs et jardins, Pampelune peut se vanter d’être l’une des villes européennes les plus vertes. Vous pourrez visiter les parcs de la Taconera, de la Vuelta del Castillo et de la Medialuna, et y admirer surtout au printemps d’authentiques œuvres d’art floral. Le parc Yamaguchi, au style dépouillé et oriental, contient lui un geyser et le planétarium de Pampelune. N’oublions par le fleuve Arga, qui traverse Pampelune, et les promenades qu’il permet de faire le long de ses rives ombragées.

La Navarre est une terre de grands vins. Des milliers d’hectares de vignes alimentent depuis des temps immémoriaux une exquise tradition vinicole. Sous l’appellation d’origine de Navarre, d’excellents crus et caves vous attendent.

Autres fêtes traditionnelles

La journée des « almadías » (trains de bois) à Burgui est une charmante tradition. Le premier samedi de mai, les anciens « almadieros » (conducteurs) rendent hommage à leur dangereuse profession en descendant la rivière dans des radeaux de bois.

Le « Tribut des trois vaches » est une autre tradition pittoresque. Le 13 juillet, aux environs d’Isaba, près de la Pierre de San Martín, des maires français remettent trois vaches aux maires de la vallée de Roncal en guise de paiement pour l’utilisation des eaux et pâturages frontaliers.

À Noël, dans la zone centrale et du nord, le 24 décembre est marqué par l’arrivée de l’Olentzero, populaire charbonnier glouton et porté sur la boisson qui descend de ses montagnes pour annoncer la naissance de Jésus.

Les sports ruraux ou « herri kilorak » sont nés de paris entre voisins sur diverses tâches de la campagne : soulever des pierres, tailler des arbres, transporter des poids… Les exploits auxquels on peut assister sont des plus surprenants.

Souscrire

Les meilleures offres

Abbantage

Notre but est de vous faciliter la vie

1 Point = 1 Euro
Surclassement
Nuits gratuites avec vos points
Départ tardif
voir avantages